Accueil > Nous connaître > Sauvegarder et transmettre le patrimoine monumental et mobilier > Le patrimoine des Yvelines restauré avec l'appui du Département > Chambourcy, le Désert de Retz

Nous connaître

Chambourcy, le Désert de Retz

Un vaste programme de restauration des édifices du Désert de Retz

Époque : fin du XVIIIe siècle
Type de protection : patrimoine classé et en péril
Bénéficiaire : commune de Chambourcy

Phase 1 : étude préalable, relevés de géomètre, restauration des menuiseries de la Colonne Ruinée
 Montant des travaux subventionnables  : 314 618 € HT
 Montant de la subvention : 210 000 €

Phase 2 : restauration du Temple au Dieu Pan et du portail d’entrée
 Montant des travaux subventionnables : 300 974 € HT
 Montant de la subvention : 210 000 €

Ce jardin paysager, d’inspiration anglo-chinoise, a été créé à la fin du XVIIIe siècle dans la forêt de Marly. En 1774, François Nicolas Henri Racine du Jonquoy, dit Monville, achète une maison de campagne à l’emplacement de la paroisse disparue de Saint-Jacques-de-Retz. Il y fait bâtir une première fabrique, la Maison Chinoise, et commence alors l’agencement du jardin. En une quinzaine d’années, le parc de 38 hectares est agrémenté d’essences végétales rares, de toutes provenances, et plus de vingt fabriques sont édifiées. Ces constructions ornementales évoquent, chacune à leur manière, une ouverture sur le monde, un dialogue des civilisations.

De cet ensemble exceptionnel, témoin de l’éclectisme propre à la fin du Siècle des Lumières, il ne subsiste plus que 17 hectares de jardin et onze fabriques, parmi lesquelles : la colonne faussement ruinée, le temple de Pan, la pyramide, l’église gothique, la tente tartare, le mur du théâtre découvert et l’autel votif.

Le Désert de Retz a fasciné de nombreuses personnes dès sa création. Parmi ses visiteurs les plus illustres, on compte la reine Marie-Antoinette, Jefferson, futur président des États-Unis d’Amérique, et André Malraux, alors Ministre de la culture.

La commune de Chambourcy, propriétaire du site depuis 2007, a engagé un vaste programme de restauration, qui prévoit, en premier lieu, une intervention sur les fabriques les plus emblématiques du Désert.



Espace personnel
© Archives départementales des Yvelines - Plan du site - Extranet - Mentions légales - Crédits