La commission des antiquités et des arts de Seine-et-Oise

En 1878, est créée par arrêté ministériel la "Commission de l’inventaire des richesses d’art de Seine-et-Oise", chargée de préparer l’inventaire général de toutes les richesses d’art du département. En 1881, son rôle est modifié : elle devient "Commission des antiquités et des arts du département de Seine-et-Oise". Son champ d’investigation s’étend à l’archéologie. Sa mission est de continuer l’inventaire des richesses de Seine-et-Oise (relevés, dessins, photographies et descriptions) et de veiller aux moyens de conservation (musées, publications, dictionnaire topographique, répertoire archéologique). La commission est dissoute en 1969, après la disparition du département de Seine-et-Oise (Yvelines, Val d’Oise, Hauts-de-Seine, Essonne, Val-de-Marne et Seine-Saint-Denis).

Les Archives des Yvelines ont hérité du fonds de la commission soit près de 900 anciens clichés photographiques produits entre 1880 et 1960 (cotés 2F). Ils offrent une représentation objective du patrimoine local sur toute la Seine-et-Oise, mais plus particulièrement sur le Vexin et la Vallée de la Seine, avant l’apparition de la carte postale.

 

La commission regroupe des érudits locaux, membres de sociétés savantes, d’instituteurs, de membres du clergé, d’architectes, de conservateurs de musée et d’archives...

Le fonds, reflet plus que centenaire du patrimoine départemental, illustre l'architecture, les fouilles archéologiques, les objets d'art, les paysages et les excursions de la commission sur les sites.

Les photographes sont des membres de la commission, de la Société versaillaise de photographie, quelques professionnels locaux, ou des particuliers. Les photographies réalisées à la même époque sur le patrimoine classé monument historique dans le cadre de missions nationales sont conservées aux Archives photographiques de Saint-Cyr. Elles sont consultables en ligne sur la base Mérumée du ministère de la culture.

Lien vers la base Mérimée


La photographie est un support fragile et instable de par sa structure même : un support, un liant et une image produite par un procédé chimique. Les photographies de la commission sont en majorité réalisée par procédé albuminé, collés sur un support cartonné. On retrouve les altérations principales de ce procédé (jaunissement, taches, salinisation…). En raison de leur fragilité et de leur altération progressive, leur numérisation a constitué une mesure de sauvegarde d’urgence.

Les photographies ont été numérisées pour être consultables en ligne en septembre 2002, à un moment où le débit des connexions était assez lent ; d’où le choix d’une numérisation de faible résolution (effet "pixélisé"). Nous nous employons actuellement à reprendre ce travail pour en améliorer la définition.


Le fonds de la Commission des Antiquités et des Arts conservé en sous-série 2F, est composé des dossiers internes (organisation et procès verbaux) et des travaux de recherche présentés par arrondissement et canton (notes de recherche, relevés, dessins et photographies…). Les procès verbaux des séances de la commission et les comptes-rendus de travaux sont publiés dans le Bulletin de la commission des antiquités et des arts, consultable en salle de lecture.