Filmer les procès, un enjeu social : de Nuremberg au génocide des Tutsi au Rwanda

flyer.jpg
 

Les Archives départementales des Yvelines accueillent, du 22 novembre 2021 au 22 avril 2022, « Filmer les procès, un enjeu social : de Nuremberg au génocide des Tutsi au Rwanda » : une adaptation de l’exposition audiovisuelle organisée par les Archives nationales en 2020-2021 sous le Commissariat scientifique de Martine Sin Blima-Barru et Christian Delage.

 

Les extraits de 8 procès historiques 

Composée des archives audiovisuelles de la Justice conservées aux Archives nationales, cette exposition rassemble six procès que la loi du 11 juillet 1985 a permis de filmer :

- le procès de Klaus Barbie (cour d’assises du Rhône, 1987),

- le procès Paul Touvier (cour d’assises des Yvelines, 1994),

- le procès Maurice Papon (cour d’assises de Gironde, 1997),

- le procès des 14 Chiliens accusés d’enlèvement, de séquestration et de torture lors du coup d’Etat de 1973 et de la répression qui s’en est suivi (cour d’assises de Paris, 2010),

- les procès du génocide des Tutsi au Rwanda, mettant en accusation Pascal Simbikangwa (cour d’assises de Paris 2014), Octavien Ngenzi et Tito Barahira (cour d’assises de Paris 2018) ;

ainsi que deux autres procès historiques : les procès des hauts responsables nazi à Nuremberg (1945-1946) et d'Eichmann à Jérusalem (1961).

 

Un enjeu démocratique et patrimonial

Depuis la loi 85-699 du 11 juillet 1985 initiée par l’ancien ministre de la Justice et Garde des Sceaux Robert Badinter, il est possible, selon des dispositions très encadrées, de procéder à l’enregistrement des procès « revêtant une dimension évènementielle, politique ou sociologique tels qu’ils méritent d’être conservés pour l’histoire ».

Les archives historiques, présentées à l’occasion de cette exposition, plongent le public dans des extraits inédits issus des 2 600 heures des procès filmés entre 1987 et 2018 en France et des débats judiciaires contradictoires, mettant en jeu l'examen de crimes contre l'humanité, de crimes de génocide et l'attribut de la compétence universelle des tribunaux français.

Une occasion unique pour tous de comprendre l’intérêt de la préservation filmée de procédures exceptionnelles et de s’interroger sur la place des caméras dans les salles d’audience.

 

Informations pratiques

- Lieu d’exposition : Archives départementales des Yvelines, 2, avenue de Lunca, 78180 Montigny-le-Bretonneux

- Période d’exposition : 22 novembre 2021 au 22 avril 2022

- Jours et horaires d’ouverture : visite libre du mardi au jeudi de 9h à 17h30; nocturne tous les mardis jusqu'à 19h30 à partir de janvier ; les samedis 4 décembre ; 8 janvier, 5 février, 12 mars et 2 avril de 9h30 à 17h30. Visite de groupes sur rendez-vous.

- Conditions d’accès : entrée gratuite ; présentation du pass sanitaire

 

Contacts et réservations :

archives@yvelines.fr