Archives départementales des Yvelines

Terrier, cadastre seigneurial d’Ancien Régime

Qu’est-ce que les terriers ?

Les terriers (dénomination générale pour le papier terrier, le plan terrier ou le livre terrier) sont des registres et des plans, dressés à la demande des seigneurs d’Ancien Régime, pour décrire, identifier et percevoir des impôts fonciers sur les censives de leur seigneurie, c'est à dire les terres concédées moyennant le paiement d'un droit seigneurial : le cens.

​Les registres terriers contiennent Ils contiennent les noms et conditions des censitaires, une description des parcelles visées, dans leur étendue et les redevances dues. Outils d'une bonne gestion, ils sont mis à jour et refaits plus ou moins régulièrement, afin d'éviter une prescription des droits et des limites territoriales. ​Lors de l'élaboration d'un registre terrier ou de sa réfection, le notaire rédige des minutes de déclarations au terrier. Les Archives en conservent quelques une dans les fonds des études notariales de Mantes, Meulan et Poissy (cote 3E). Leur mise en ligne est prévu d'ici mars 2024. En fonction des seigneuries, le terrier peut exister sous une forme provisoire (minutes, reliées ou non) ou/et définitive (minutes recopiées et mises en forme dans un registre plus ou moins richement relié et orné suivant l'importance du seigneur concerné.

Ces documents sont une source riche et très précieuse pour faire l'étude d'un territoire et de la société rurale d’Ancien Régime. Ils sont aussi la base de recherches en histoire du paysage et de l’exploitation agricole.

Un peu d’histoire

A partir du XVIe siècle, mais surtout du XVIIe siècle, l’habitude est prise d’accompagner ces déclarations et la liste des censives d’un plan général de la seigneurie puis de plans détaillés, avec numérotation des parcelles. Ces plans sont toujours exécutés avec soin, souvent aquarellés, et établis après une campagne d’arpentage des terres. A partir du XVIIIe siècle, le souci de l’exactitude des levées en fait des documents particulièrement fiables, au point d’avoir parfois été utilisés concurremment au cadastre napoléonien au début du XIXe siècle.

Ce que vous pouvez consulter en ligne

Le périmètre des documents décris et mis en ligne englobe les terriers seigneuriaux (plans et registres) mais également les censiers (ou papier censier) et les cueillerets. Moins élaborés que les terriers, ces derniers n’enregistrent que la recette des cens et des rentes dues sur leurs tenures par les seigneurs. Néanmoins, ils peuvent, permettre d'établir un titre de propriété et d'identifier les tenanciers.

Ces documents fragiles sont conservés dans leur majorité aux Archives départementales (cotés en série G et H pour les seigneuries ecclésiastiques ; A, D, E et J pour les propriétaires laïcs) ; dans certains cas, les documents restés en commune ou en main privée (cotés en série Num et 1Mi) ont pu être numérisés.

 

Bilan sur la mise en ligne

64%
des censiers, cueillerets et terriers seigneuriaux conservées aux Archives départementales

Sur les 727 références, 461 sont en ligne. Le reste des documents seront progressivement numérisés d'ici mars 2024. Un chantier de reprise de numérisation est par ailleurs en cours pour les plans dont la prise de vue ancienne limite la lecture.

Inventaires

En savoir +